Comment dénoncer un client mauvais payeur ?

Comment reconnaître les clients mauvais payeurs et que faire face à ce genre de situation ? Toutes les entreprises ont toutes déjà traversé un tel dilemme, au moins une fois. Quel que soitvotre domaine, il est toujours mieux de prendre des mesures de précautions. En effet, il est important de vous prémunir des clients mauvais payeurs, afin d’éviter que votre trésorerie en pâtisse. Informez-vous sur le partenaire ou le client avant d’entamer une relation d’affaire avec ces derniers. Découvrez comment vous protéger des mauvais payeurs et comment les dénoncer, dans cet article.

Les mesures de précaution à prendre

Avant de débuter tout contrat, il vous est recommandé de demander un acompte de 30 ou 40 % de la facture, auprès du client. Vous verrez ainsi si le client est fiable ou non, car s’il refuse, il pourrait s’agir d’une personne de mauvaise foi. Dans ce cas, vous pouvez aussitôt rompre le contrat, afin d’éviter de ne réaliser que très tard que votre client est un mauvais payeur. C’est pourquoi il est primordial de prendre des mesures de précautions avant de vous engager dans la prestation.

Par ailleurs, vous devez également vous renseigner à propos dudit client, avant de conclure le contrat. Vous avez notamment la possibilité de commencer vos recherches par trouver s’il dispose d’une entreprise, si ses finances sont en bonne santé, etc. Vous devez en fait prendre du temps pour mieux cerner la vraie identité de votre prospect potentiel. Il existe d’ailleurs des sites spécialisés tels que https://www.les-mauvais-payeurs.com/ pour vous donner des informations sur les clients mauvais payeurs en toute discrétion. Il s’agit d’une mesure à prendre avant la conclusion d’un contrat, mais si après cela il y a un retard de paiement, vous devez opter pour des solutions plus drastiques.

D’autres mesures préventives

Vous pouvez également dresser une facture parfaitement détaillée, afin de vous éviter de courir après un client mauvais payeur. Pour ce faire, signalez ce dernier que vous lui octroierez une pénalité, en cas de retard de paiement. Vous avez aussi le droit de stipuler dans les conditions générales de vente qu’en cas de facture impayée, des frais de recouvrement seront envisageables. Ces derniers étant à la charge du débiteur.

Par ailleurs, si le client tarde toujours à vous payer, vous pouvez arrêter de lui fournir vos services. Ce qui va sûrement avertir le mauvais payeur de la grave difficulté qu’il risque, s’il ne réagit pas rapidement. Cela permettra également d’éviter l’abondance des dettes durant la collecte des factures impayées.

Les perspectives plus strictes et plus efficaces

Si malgré toutes les précautions que vous avez prises, votre client a encore du mal à vous payer, vous pouvez maintenant opter pour des moyens plus efficaces. Cependant, passez d’abord par des procédures à l’amiable avant d’avoir recours à la justice. Relancer le client poliment mais fermement, d’abord par téléphone, puis par courrier avec accusé de réception dès que l’échéance pour le paiement est dépassée. Ce qui vous permettra de connaître la raison du retard, qui peut être notamment un simple oubli ou un problème de trésorerie passager.

Par ailleurs, vous pouvez faire appel à une agence de recouvrement pour effectuer minutieusement les procédures à votre place. Mais si votre débiteur s’entête toujours à ne pas vous payer, car vos démarches n’ont eu aucun effet sur lui, il vous faudra donc faire recours à la justice. Faites appel au tribunal de commerce, au tribunal d’instance ou de grande instance et la justice se chargera d’avertir votre client d’un recouvrement par voie judiciaire.