La sortie d’hospitalisation, le traitement d’une affection longue durée ou diverses autres raisons exigent un déplacement sanitaire via des taxis ou autres véhicules autorisés. Pour utiliser ces voitures, il faut obligatoirement avoir un bon de transport VSL. Voici donc diverses informations sur les déplacements sanitaires.

Les conditions à remplir pour effectuer des déplacements sanitaires

Les déplacements sanitaires peuvent être effectués par de nombreux véhicules et par tous les malades, mais le patient doit avoir un bon de transport prescrit par le corps médical ou sur présentation d’un accord préalable. L’article ci-dessous vous donne diverses informations sur les conditions à remplir pour bénéficier des déplacements sanitaires.

Taxis A.C.D Manuel vous offre ses services sur prescription médicale pour le transport de malades assis à Montchanin. Nous vous proposons de nombreux véhicules conventionnés toutes caisses et nous travaillons avec rigueur. Lorsque vous nous contactez, nous venons vous prendre chez vous à l’heure fixée pour envoyer chez votre médecin traitant.

Montchanin est une ville située dans l’est de la France, dans  le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté. Cette cité renferme de nombreux lieux et curiosités à découvrir, à savoir la villa Perrusson, le golf du château d’Avoise et l’église Saint Vincent De Paul.

Découvrons ensemble les éléments nécessaires pour bénéficier de véhicules pour des déplacements sanitaires.

  • La prescription médicale

La prescription médicale d’un professionnel de santé permet au patient d’utiliser un véhicule dédié aux déplacements sanitaires. On appelle cette ordonnance : la prescription médicale de transport (PMT). Le médecin traitant, le cancérologue ou tout autre professionnel du corps médical est en mesure de faire cette prescription. Cette ordonnance ne peut être acceptée que lorsqu’il s’agit :

    • d’une convocation du médecin hospitalier par exemple pour des soins post-opératoires
    • d’un traitement ambulatoire comme une cobalthérapie, une chimiothérapie ou encore une radiothérapie
    • d’un transfert, d’une entrée ou sortie d’hospitalisation. La durée du séjour en milieu hospitalier n’a aucun effet sur la possibilité de vous faire prescrire un VSL. Par ailleurs, c’est votre état de santé qui est pris en compte. Il ne faut pas que le trajet aller ou retour jusqu’au centre de soins constitue un danger pour les patients et pour les autres
    • d’un examen ou d’un traitement médical en rapport par exemple avec un arrêt de travail prolongé (au-delà de six mois), à une maladie professionnelle ou à une ALD exonérante.
  • L’accord préalable pour un bon de transport CPAM

La prescription médicale de transport est généralement suffisante pour utiliser un véhicule destiné aux déplacements sanitaires. Mais, dans certaines circonstances, l’accord préalable de l’Assurance Maladie est obligatoire. Cette deuxième est nécessaire si :

    • le trajet est long (au-delà de 150 kilomètres)
    • sur une période de soixante jours, le nombre de transports de plus 50 kilomètres est supérieur ou égal à quatre, et ce, pour un même traitement
    • un enfant de moins de 16 ans doit se rendre dans certains établissements comme les CAMPS (Centre d’Aide Médico-Sociale Précoce).

La prescription médicale de transport est obligatoire, alors pour bénéficier d’une prise en charge partielle ou complète, il faut nécessairement l’avoir avant les déplacements. Ce document contient les nom et prénom du malade, la destination, le motif, la situation (ALD, AT), le mode de transport et la date.